cours d'anglais Limoges Professeur d'anglais espagnol

L’enseignement de l’anglais à l’école.

Les cours d’anglais en France

Malgré les objectifs affichés par l’Education nationale, celle-ci rencontre des problèmes à bien enseigner les langues étrangères aux étudiants bien que la maîtrise de l’anglais est exigée par bon nombre d’entreprises.

Cours rattrapage anglais espagnol remise a niveauLes gouvernements successifs ont appuyé l’importance d’apprendre l’anglais à l’école ainsi qu’au collège et lycée. L’apprentissage des langues vivantes à été au programme des gouvernements du président Chirac, du président Sarkozy et maintenant du président Hollande qui ont tous trois prônés une France « bilingue ». Ce n’est hélas loin d’être le cas, la commission d’évaluation européenne de la connaissance de l’anglais a classé la France en dernière position de la communauté européenne. Pourquoi cet échec?

Il a été identifié plusieurs raisons à cela. Pas assez d’heures de cours d’anglais à l’école, peu de pratique de l’anglais à l’oral, l’absence de films en anglais dans les médias (télévisions, cinémas), la difficulté que rencontre les élèves à la bonne prononciation de l’anglais décourage certain! etc… la raison majeure est peut être que l’anglais est mal enseigné en France par rapport aux autres pays européens?

Les difficultés commencent dès l’école primaire.
L’enseignement de l’anglais n’est pas obligatoire en primaire, mais l’éducation nationale demande aux instituteurs de commencer cet enseignement sans que ceux-ci en aient les compétences requises, certaines académies embauchent des professeurs vacataires malgré le nombre réduit de ceux-ci, les professeurs d’anglais pour le cycle primaire coûtent chères à l’éducation nationale.

Il est force de constater que ce retard va s’accentuer pendant les études secondaires.
Contrairement aux autres pays européens les professeurs de langues sont recrutés sur concours. L’obtention du CAPES mobilisent 100 000 candidats, peu réussiront.
Cette exception française veut que le CAPES sélectionnera les meilleurs, rien ne prouve scientifiquement que cela est une bonne façon de recruter de bons professeurs d’anglais. La commission européenne dévaluation de l’enseignement de l’anglais émet de nombreuses réserves à ce sujet. Aucun des pays les mieux notés en Europe n’utilise cette méthode pour former, promouvoir et sélectionner les professeurs de langues. Jusqu’en 2006 la moitié des épreuves se faisait en français, la dissertation pour obtenir le CAPES d’anglais se rédigeait en français, l’oral était lui aussi en français… surprenant non?
Il n’est donc pas surprenant de constater par la suite l’excessif emploi du français en cours d’anglais cette aberration pédagogique fait figure d’exception en Europe.

La moyenne d’age des 39 000  professeurs d’anglais et agrégés est de 43 ans, la plupart d’entre eux enseignent toute leur vie, et l’éducation nationale les incite à devenir agrégé d’anglais (meilleur salaire et moins d’heures d’enseignements) au lieu de les motiver à actualiser leurs méthodes pédagogiques.

Ce système présente des conséquences plutôt néfastes pour l’enseignement : il soustrait de la formation, des enseignants à la qualité rare, et incite le personnel enseignent à s’investir dans la réussite de concours promotionnelles.

Vers une inégalité sociale.

L’éducation national, malgré l’objectifs affiché par le gouvernement précédent, rencontre des problèmes à bien enseigner l’anglais aux élèves, alors que la mondialisation exige d’être compris par le plus grand nombre.

Les élèves dont les parents appartiennent à la classe sociale favorisée se font aider par des cours supplémentaires et des échanges linguistiques qui leur permettront d’accéder à des études supérieurs de qualités tandis que s’installe dans la vie professionnelle une catégorie de personne dont l’anglais parlé et écrit n’est pas suffisant pour prétendre à des emplois de qualités. L’anglais est devenu, un des signes le plus évidents d’appartenance de classe sociale en France!

Apprendre la langue de Shakespeare

Les Français auraient-ils des problèmes à apprendre l’anglais.

Le journal allemand  » Die Welt » titrait dans sa rubrique Europa  » Pourquoi les Français ne parlent-ils pas anglais ». Il est dit dans cet article que les Français ont des difficultés à comprendre et à parler l’anglais avec les touristes étrangers qui visitent la France. On pourrait croire que cela pourrait être du à un certain orgueil ou une forme de fierté mal placée à ne parler que la langue de Molière. Et si cela n’était que le fruit d’un mauvais enseignement de l’anglais à l’école ?, certaine remarque de la commission européenne de l’enseignement de l’anglais va dans ce sens.

Dans un article du journal Le Monde, il est clairement mentionné que les français sont très médiocre au Test of English as a Foreign Language, et que cela à toujours été le cas, ce qui démontre qu’il y a dans ce pays une réelle difficulté à apprendre l’anglais, alors que le Test of English as a Foreign Language est demandé aux étudiants souhaitant faire des études ou poursuivre celle-ci dans les pays anglophones. Alors que les étudiants français choisissent comme deuxième langue l’espagnol, les problèmes d’apprentissage seraient là moins problématiques.

Le classement de la France sur 110 pays en matière de compréhension de l’anglais est désastreux, elle n’obtient que la 69ème place. Une autre étude, cette fois ci européenne classe la France à la 25 places avec les bulgares sur 43 autres pays d’Europe, les Albanais après une dictature communiste de plus de 50 ans arrivent juste derrière avec les Biélorusses

Il se pose là de nombreuses questions : les professeurs d’anglais sont-ils bien formés? l’enseignement des langues étrangères dispose t’il de moyen suffisant? Cela handicape t’il la place de la France dans le monde économique?, Le France peut elle inverser cette descente catastrophique?.

Alors que la France et l’Allemagne se disputent la gouvernance de l’union européenne, les allemands sont bien meilleurs en matière d’enseignement de l’anglais à l’école que les français, mais l’étude démontre que les allemands sont moins bon que leurs voisins autrichiens.

Faut-il rendre obligatoire l’enseignement de l’anglais à l’école , comme le sont les autres matières : le français et les mathématiques?

Ceci est un débat que les divers gouvernements successifs propose en commission sur l’étude des langues vivantes. Lors du gouvernement Raffarin, le premier ministre avait considéré qu’au terme de ses études, chaque français devrait parler, comprendre et écrire en anglais, si ce n’est celui de la rue, au moins celui des communications internationales.

Lors des commissions statuant sur les lois d’orientations scolaires, des propositions d’enseigner l’anglais dés le Cours élémentaire 2ème années CE2 sont discutées, l’étudiant pouvant des sa 5ème choisir une deuxième langue vivante. Sur les 97% d’étudiants qui ont suivit des cours d’anglais lors de leurs scolarités, une majeure partie d’entre eux ne pratique l’anglais que très rarement, et considèrent que l’enseignement de l’anglais lors de leurs scolarités était médiocre.

Le président Chirac lors d’un voyage à Hanoï, déclarait que :  » La diversité culturelle des peuples passent par leurs langues répectives, et que cela serait un drame pour l’humanité si l’anglais devenait la langue la plus parlée dans le monde ». les défenseurs de la francophonie avaient salué cette prise de position comme un encouragement à défendre bec et ongle la langue de Molière dans les grands rendez vous internationaux.

Dans le cadre de la construction européenne, l’anglais s’impose naturellement dans les échanges des parlementaires, cette constatation va hélas en s’accentuent sans que personne n’y trouve à redire, si ce n’est que la qualité des échanges est parfois des plus suspectes, bon nombre de parlementaires ne maîtrisent pas un anglais suffisant pour bien comprendre le sens des débats.